Ganaëlle Glume, Habeas Corpus.

1557480_509698462479631_752268624_n

On connait surtout Ganaëlle Glume pour ses clichés d’enfants et ses portraits de famille qui semblent avoir été pris à une autre époque, dans d’autres temps, indéfinis, où la douceur de la lumière laisse étrangement planer le doute sur les intentions de ses personnages. Ce sens du mystérieux, de l’étrange, du légèrement inquiétant qu’elle donne à voir au public est nourri par une oeuvre plus intime, plus conceptuelle. Ce travail, regroupé ici sous le nom d’Habeas corpus, mène le visiteur, le voyeur, de la jubilation enfantine dans sa relation au corps, à la soumission de corps dévoilés, plissés, projetés, donnés en pâture au public.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s