HOME (état des lieux): nous avons posé quelques questions à Claire Morel pour préparer son entrée chez Chantier(s) Art House le 1er décembre!

De la cave au grenier, quelle est ta pièce préférée ?

La salle de bain, porte fermée et bain chaud.

La température idéale pour faire vibrer la mine?

Un entre-deux tiède.

Où poses-tu tes ailes alourdies par le plomb ?

Dans mes rêves
.

De quel bois te chauffes-tu ?

De colère froide.


Ton mode d’éruption préféré : gaz ou induction ?

Je suis plus pour les éruptions capillaires.

Ta part du feu ?

Une imagination que j’aimerais seulement débordante mais qui est parfois dévorante.

Qui brûle sa maison se chauffe au moins une fois, proverbe persan, un commentaire ?

Qui se chauffe au feu en connaît l’ardeur, proverbe arabe.

Le meilleur moment pour installer un couvre-feu ?

En pleine journée quand le dessin devient presque méditation, plus rien n’existe autour. Mais ça ne marche pas tous les jours.

Si tu étais un roman, tu serais plutôt La maison du sommeil de Jonathan Coe, La maison verte de Mario Vargas Llosa ou La maison de Claudine de Colette ?

La maison verte pour l’exotisme et parce qu’elle brûle aussi.

Une émotion pour ronger les fondations ?

Aucune, je suis enracinée depuis longtemps, une vraie souche.

Un sentiment pour colmater les brèches ?

L’amour ça colmate bien.

En cas de fissure, un mode d’évasion de prédilection?

Marcher au bord de la mer… un lac avec une forêt c’est bien aussi.

Comment lutter contre les déperditions de chaleur ?

Pour que rien ne s’échappe rien de mieux que les vieilles pierres.

Où sécher ses larmes en cas de dégâts de eaux?

Dans les cheveux de mes enfants !

L’installation contemporaine qui t’inspire le plus : Fire on a box de Tanapol Kaewpring (2010), Circle of fire in the desert d’Alfredo de Stefano (2002), les Tableaux-feu de Bernard Aubertin présentés au Palais de Tokyo (2012) ?

Je leur préfère les performances d’Ana Mendieta qui utilise le feu comme un rituel d’exorcisme et de purification, une vraie sorcière.

Deux couleurs pour relancer la dynamique des fluides :

Choc thermique le rouge et le bleu.

Trois mots pour esquisser une fuite :

Vider, jeter, recommencer.


Trois projets pour cette année :

Une expo chez Chantier(s) Art House qui commence presque maintenant, un recueil de dessins avec les textes d’Astrid Chaffringeon et un déménagement !

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s