Claire Morel, HOME (état des lieux), dessins, du 2 au 17 décembre 2016 Vernissage le jeudi 1er décembre de 18 à 21 heures.

14359173_1189148534457529_1350309973897627516_n

Après une première exposition à Bruxelles en mai 2015, L’Un dans l’Autre, Claire Morel revient en Belgique avec une nouvelle série de dessins, HOME (état des lieux).

Si L’Un dans l’Autre était la série de l’exploration du lien entre soi et les autres, soi et les autre soi(s), soi et son soi-même, HOME est la série explosive de la combustion inexorable et spontanée des liens du foyer. HOME c’est la maison qui brûle de l’intérieur et qui dévore ses habitants et leurs rêves de cohésion et d’avenir.

L’artiste s’attaque ici effrontément aux fondations d’un foyer qu’elle déshabille sous une mine de plomb goguenarde et acide ou qu’elle engloutit sous les flammes avec une candeur qui ne fait même pas peur. On sourit, comme toujours avec Claire, de cette audace qui nous fait pénétrer dans l’antichambre de son intimité et nous dévoile sans ambages ni ambiguïtés les traces enchevêtrées de rêves dévoyés. Car Madame rêve beaucoup pendant que l’Autre lévite au-dessus d’un nœud de racines ou saute vers des souches chevelues et verdoyantes, s’éloignant doucement, tout empêtré qu’il est dans ses propres priorités.

Nouer deux destins n’est pas chose aisée. L’Autre n’est pas le seul à blâmer car chacun est fort occupé(e) à tisser sa propre toile, véritable cotte de maille sur laquelle l’artiste a dessiné les motifs de la combustion ou placé des sujets qui, comme ils n’avaient rien demandé, tentent de s’éclipser en pensée. Tous sont un peu coincés dans cette armure grise qu’ils ont engendrée et cherchent par tous les moyens l’évasion : par aspiration dans un tourbillon chevelu qui s’échappe en tornade ou encore par capillarité dans les couleurs délavées des crayons que l’artiste utilise en petites touches discrètes. Si l’on ne peut fuir, on peut toujours se cacher dans des cavités, des grottes ou des troncs d’arbre. On préfère encore se voiler la face que de s’affronter. Ces sujets qui n’ont plus de tête ni de visage montrent ainsi leur refus d’être acteurs de débats qui ne les concernent pas. Ainsi, l’artiste souligne les postures et impostures de chacun mais aussi la turpitude et crédulité amoureuse qui en ont fait des êtres désincarnés, trop occupés un temps à se fondre à l’autre jusqu’à en perdre leur propre identité.

Quelques dessins, issus de la série Bluette, viennent accompagner ces réflexions sur le poids des années et les projections déçues. Ils rappellent l’étincelle des premiers instants lorsque le temps n’était pas encore figé dans les murs d’un édifice. Peu importaient alors les défaites, les déséquilibres, les instabilités d’humeur. On ne regardait pas vers l’avenir. On ne vivait pas sous le même toit. C’était drôle et grotesque parfois.

A l’occasion de l’exposition HOME (état des lieux) Claire Morel et Astrid Chaffringeon, sa galeriste, ont collaboré à l’élaboration d’un recueil de dessins et de textes qui dessinent un univers surréaliste poétique que le lecteur-visiteur pourra choisir de lire dans son ensemble pour en saisir la chorégraphie générale ou par fragments pour s’attacher à chaque détail.

Chutes étoilées et autres broderies dramatiques sera proposé en édition limitée à cinquante exemplaires et signée aux visiteurs de l’exposition. Il sera offert aux acheteurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s