Charlotte Verdin, mon corps sans moi.

Image

Du vendredi 25 octobre au samedi 2 novembre, Chantier(s) accueille la jeune artiste Charlotte Verdin.

De son travail, décliné lors de cette exposition en 9 dessins, elle dit qu’il « se nourrit d’un dialogue entre le corps tel qu’il se révèle à travers les jeux de la lumière et de l’espace, et une expression plus viscérale, née de l’émotion que suscitent ces apparitions merveilleuses ».

Nous y voyons  l’expression d’un tricotage affectif dont la légèreté tremblante et hirsute, telle une plume sous la pluie, pose une nostalgie douce et naïve. Une très jolie découverte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s